L’élastographie au Centre d’Imagerie Médicale de Rives

L’élastographie, créée par le Dr Jonathan Ophir en 1991, est une technique d’imagerie médicale qui mesure l’élasticité du tissu biologique dans un organe.

Elle est permise par les techniques :

  • D échographie en une ou deux dimensions
  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM)
  • L’imagerie tactile

L’élastographie permet d’évaluer l’élasticité, c’est-à-dire la texture des tissus. Grace à cette technique mise au point grâce à une équipe de chercheurs français, nous pouvons désormais distinguer, via l’imagerie, un kyste bénin d’une tumeur maligne (plus dure). L’élastographie est ainsi une avancée technique prodigieuse permettant un traitement plus efficace de nombreux problèmes. Cette technique est utilisée depuis 10 ans. Particulièrement adaptée aux lésions du sein, elle peut également être appliqué à d’autres organes tel le foie, ou mieux visualiser la texture d’un organe en cas de cancer par exemple.

Le déroulement

Deux modes d’élastographie existent : statique et par onde de cisaillement

La première est obtenue par déformation de la cible obtenue, par petits mouvements de compression de la sonde, ou par respiration, ou encore par onde ultrasonore. La seconde, moins dépendante de l’opérateur que le mode statique permet une approche quantitative. Cela se traduit pat une valeur supérieure à 80Pa (SWE) ou des mesures de vitesse supérieurs à 2m/s (ARFI) sont considérées comme suspectes. C’est un outil intéressant pour les lésions indéterminées classées Bi-Rads 4a ou Bi-Rads 3, en complément de la cytoponction ou biopsie.

Les résultats

Le résultat de l’elastogramme statique est affiché par une carte couleur contenant quelque fois un ratio de taille ou l’élasticité de façon semi-quantitative.

Le résultat de l’elastogramme par onde de cisaillement, lui propose deux techniques nommées Shear Wave (SWE) et le mode ARFI.

Des faux négatifs sont possibles dans des cas de cancer du sein mous, et des faux positifs peuvent également se rencontrer dans les lésions bénignes (cellule souche, adénofibromes ancien fibreux, par fibroscan, hypoxie).

L’élastogramme résultant est affiché par une carte couleur, avec parfois un ratio de taille ou d’élasticité de façon semi-quantitative. Le second mode est l’élastographie par onde de cisaillement où deux techniques sont proposées : le mode Shear Wave (SWE) et le mode ARFI.

En complément de l’échographie, il peut permettre de mieux comprendre les problèmes de division cellulaire ou autre caractéristiques cellulaires.

logo iphone

Prendre rendez-vous pour une élastographie